Il l’a fait! He’s done it! L’ha fatto! Fabiano CARUANA a remporté le tournoi des Candidats, décrochant ainsi les tant convoitées trois semaines (et plus si affinité) de vacances en tête à tête avec Magnus. Une victoire amplement méritée pour Fabiano qui détrône par la même Mario, Luigi et Beppe dans le cœur des « tifosi ». Plus qu’un succès sportif, un symbole ! La preuve vivante que la pizza favorise la réflexion, chose que nous avions compris depuis longtemps au comité du club 🙂 Ah pardon, il semblerait que « Fabi » soit en fait américain… dommage pour mes autres clichés…

 

 

 

 

 

Fabi avant-après les Candidats… TREMBLE Magnus !!!

 

 

Menant de bout en bout ce tournoi des Candidats, Fabiano finit par une victoire convaincante sur Alexander Grischuk lors de la dernière ronde. Les Noirs viennent de pousser leur pion « c », que se passerait-il si les Blancs le mangeaient ?

En guise de vacances bien méritées après sa qualification, Fabiano opta pour un low cost Berlin-Karlsruhe plage, où il pourrait se relaxer à souhait en affrontant des +2700… chacun ses goûts 🙂 Opposé à la ronde 3 au très solide (et ex-Vandopérien) GM allemand Georg Meier, Fabiano sortit vainqueur des complications. Les Noirs jouent et gagnent :

Aussi vrai que les pions ne peuvent pas reculer (sauf dans certaines écoles) et que l’eau ça mouille, un nom de famille avec une consonance en K augmente drastiquement vos chances de devenir champion du monde : Karpov-Kasparov-Khalifman-Kasimdzhanov-Kanand-Carlsen-Karjakin-Caruana… ! Voici donc deux belles combinettes placées le week-end passé par la famille Kadrian, bien connue dans la région 🙂

Le fils tout d’abord, Léo, qui réalisa une excellente performance au Circuit 54 à Lunéville. Opposé au fort Vandopérien S.Zawadski, Léopold conclut la partie avec style. Les Noirs jouent et gagnent :

Le papa et vénéré coach Claude usa de toute son expérience pour arracher cette finale de tours lors d’un match crucial d’interclubs luxembourgeois. Les Noirs jouent et gagnent :

Pour finir, un diagramme tiré de la pratique de l’auteur de ces lignes, dont le nom n’a aucune consonance en K mais peu importe, je fais ce que je veux !

Jouée le même jour que le diagramme précédent, les Noirs jouent et gagnent :

Et bien sûr, la petite étude pour ne pas se quitter fâché ! Une petite finale de pions, comme la dernière fois 😉 Les auteurs : Messieurs Kling et Horwitz. Les Blancs jouent et gagnent malgré leurs trois pions de moins (!) :

 

 

Solutions des précédents exercices :

Orihel-Pavée : 1…Cxf3+ 2.Fxf3-De5 ! 3.Fxd5+ -Rh8 4.Fxb7-Dh2+ 5.Rf1-Fe5 ! Et le reste ne fut qu’une affaire de technique pour Loulou 🙂

Van Foreest-Donchenko : 1…Cf5 !! 2.Cxe4-Cxe3 3.Dd3-Dh4 4.Cf3-dxe4 5.Tf2?-Dh1 mat fut la fin de ce blitz 🙂

Bauer-Gukesh : 1.Ce5!-fxe5 2.Tf3 ! Enferme la Dame noire. Court mais mignon 🙂

Kumar-Eljanov : 1…fxg3 2.fxg3-Tf2 !! et si 3.Rxf2-Dxh2+ 4.Re3-Dxg3+ 5.Re4-Fg6 ! Finit avec style.

Cumming-Brunello : 1.Ce6+!-Fxe6 2.Db8+ -Fc8 3.Dc7+ -Re8 4.Dxc8+ -Dd8 5.Dc6+ suivi du mat.

Fernandez-Yilmaz : 1…dxc4 2.bxc4-Fxg3 ! Surprise ! 3.fxg3-Db6+ regagne le Fb2 et s’assure de l’avantage d’un pion.

Kramnik-Ding : 1…Dxh6 aurait mené à la nulle, par exemple 2.Te7+!-Rxe7 3.Cf5+ -Re6 4.Cxh6-f5 ! Enferme le Cavalier 5.Rf1-Rf6 6.Re2-f4 ! Bloquant le Roi blanc 7.Cg4+ -Rf5 8.Ch2-Re5 ! Et aucun progrès n’est possible 🙂

Etude Mattison : 1.hxg5+!-Rh5 2.g6!!-fxg6 3.f5!!-gxf5 4.Rg1!!-Rg4 5.Rg2 ! Et nulle théorique 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rejoignez-nous !

Château-Parc du charmois, avenue du Charmois, 54500 Vandoeuvre-lès-Nancy. Ouvert mercredi, vendredi, samedi et dimanche. Tous les détails à la rubrique "club"

Nos joueurs (FFE)

Nos équipes (FFE)

Fiche club (FFE)

Dates soirées rapides

Dates Blitz club

Dates Trophées-Jeunes

Dates Circuit54

Plaquette histoire club

Tract du club

Fiche inscription 2017-2018

Agenda

Le seul jeu qui appartienne à tous les peuples et à toutes les époques, et dont nul ne sait quel dieu l’a apporté sur terre pour tuer l’ennui, pour aiguiser l’esprit, pour stimuler l’âme. Où commence-t-il, où finit-il ?   « Le joueur d’échecs » (1943) de Stefan Zweig