La semaine dernière fut marquée par le dénouement dramatique du Grand Prix FIDE à Palma de Majorque, qualificatif pour le prochain tournoi des candidats. Les deux dernières places se jouaient entre les azéris Shakhriyar MAMEDYAROV et Teimour RADJABOV, le russe Alexander GRISCHUK et notre français préféré Maxime VACHIER-LAGRAVE alias MVL. A l’aube de la dernière ronde, Maxime devait impérativement s’imposer face au solide GM russe Dmitry JAKOVENKO afin d’arracher son billet pour Berlin. Il eut quelques chances, mais ne sut les exploiter…

 

Je vous propose, le cœur lourd et les yeux humides, de chercher le coup de massue qui brisa les derniers espoirs de Maxime… Les Noirs jouent et gagnent :

Tentons de retrouver le sourire avec deux autres étincelles du même tournoi ! La première tirée de la partie ARONIAN-GIRI, encore une superbe création du génie arménien. Une attaque menée avec imagination, ponctuée d’une jolie pointe tactique. Les Blancs jouent et gagnent avec panache !

 

Pas toujours besoin de beaucoup de pièces pour lancer une attaque décisive, comme le prouva le fantasque GM hongrois Richard RAPPORT opposé au GM russe Alexander RIAZANTSEV. Les Noirs jouent et ouvrent la chasse au Roi blanc :

L’expression « Dominer n’est pas gagner » fait partie de l’arsenal de tout bon commentateur sportif qui se respecte, et les échecs ne font pas exception. Qui n’a jamais dominé une partie face à un adversaire qui « ne comprend rien aux échecs » mais sait profiter d’une seconde d’inattention pour nous voler notre point tant mérité !!! 🙁

A vous de faire en sorte que ce scenario ne se répète pas dans l’étude qui suit, imaginée par le compositeur français d’origine ukrainienne Vitaly HALBERSTADT (1903-1967). Les Blancs jouent, dominent et gagnent :

Oui je sais, il y a plus d’exercices que prévu… appelez cela l’esprit de Noël 😉

3-2-1 PARTEZ !!!

 

Les solutions des deux exercices de la semaine dernière :

Dans la partie BAI Jinshi – DING Liren, le numéro un chinois exécuta son adversaire avec une précision diabolique : 1…Fg6+ 2.Rxg4-Ce5+ !! la pointe afin de dévier le cavalier blanc 3.Cxe5-Ff5+ 4.Rh5-Rg7+ la Th8 n’est plus attaquée! 5.Fh6-Txh6 mat. Facile si l’on pense aux coups directs 😉

La clé de l’étude de MUSSET était le joli coup silencieux 1.Td7 !! menaçant mat en 1 – Cxd7 2.Cc6! coupant la fuite du monarque noir vers d8 – Cf6+ seul coup 3.Cxf6 mat. Moralité (pardon d’avance) : On ne badine pas avec la Tour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.