Les petits camarades d’entraînement de Lucia auront une surprise mercredi prochain au club : Notre championne de France des moins de 8 ans est le jeune espoir à l’honneur du cahier d’exercices de la FFE du mois de septembre, que nos entraîneurs utilisent régulièrement !

Le texte :  » Lucia Stoll, vers les sommets
C’est ce qu’on appelle être cosmopolite.
Lucia Stoll est née au Canada – et en possède de fait la nationalité – d’une mère chinoise et d’un père italo-autrichien. Après avoir vécu un moment dans l’Empire du Milieu, elle atterrit en France il y a cinq ans au hasard d’une mutation professionnelle du papa. La fillette parle le mandarin couramment et est aujourd’hui scolarisée à Nancy dans une école bilingue franco-allemande. À tout juste huit ans, Lucia partage son talent de polyglotte avec celui de joueuse d’Échecs. C’est son papa, un fort joueur de club, qui a guidé ses premiers pas à l’ombre des tours
alors qu’elle avait cinq ans. Tout naturellement, elle rejoint le club de Vandoeuvre situé à deux pas de chez elle.
Prise en main cette saison par les trois entraîneurs du club, la GMI Anastasia Savina, le MI Claude Adrian et le MF Cédric Paci, les progrès sont fulgurants. Elle remporte en avril à Belfort le titre de championne de France petite poussine, avant de participer à la victoire de son école au championnat de France scolaire. Début août, elle décroche l’or chez les filles de moins de 8 ans au championnat de l’Union Européenne en Autriche. Une victoire presque à domicile pour la championne de France qui possède également la nationalité autrichienne. Autant de succès qui ne lui sont pas montés à la tête. Férue d’escalade, la jeune fille aime autant étudier la botanique que les combinaisons sur 64 cases. « Elle préfère assurément observer la nature que de regarder des dessins animés », sourit le papa. « En juillet, nous sommes allés en vacances en Islande et elle a ramené une valise de cailloux. » La globe-trotter en herbe va poursuivre son tour du monde fin août au Brésil avec les championnats du monde des jeunes. Elle en ramènera peut-être une médaille supplémentaire. Peut-être aussi un bouquet de cattleyas, la fleur nationale du Brésil, et quelques notions de portugais. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.