Interclubs : 6 matchs gagnés sur 8

20161120_165426_resized_1
Interclubs de novembre :

Notre équipe2 en Nationale1 a logiquement souffert en perdant ses 2 matchs à Paris, mais nos 6 autres équipes ont gagné !
Vandoeuvre3 et les hommes de Jean (photo) gagnent un match important en vue de l’objectif fixé en début de saison : monter en N3 !

Voici les compte-rendus des capitaines :

Vandoeuvre2 perd 0-7 contre Rueil-Malmaison



Vandoeuvre2 perd 3-4 contre Gonfreville



Vandoeuvre3 gagne 4-1 contre Seichamps1



Vandoeuvre4 gagne 5-0 contre Metz EFE3

Jouer contre les Petits Écoliers messins, ce n’est jamais du gâteau. Parce qu’on ne me la fait pas, à moi, je connais mes classiques, les jeunes pousses nourries au Saint Moret, la valeur qui n’attend pas le nombre des années, tout ça tout ça… Sans compter que l’actualité récente incite à la prudence. Vous n’avez pas remarqué qu’en ce moment ce n’est jamais le favori qui gagne ? Les sondages qui se trumpent, Clinton qu’Hillary plus, ou jaune, Fillé qui finit devant Juppon ? Il ne manquerait plus que Karjakin gagne une partie avec les Noirs contre Carlsen… (oui, je sais, je pousse le bouchon un peu loin, ça n’arrivera jamais !)

r1-metz-efe-106Bref, pour ce deuxième rendez-vous de la saison, j’avais décidé de rassembler un max de forts en thème pour donner une leçon à nos jeunes et talentueux adversaires, pour la simple et unique raison que je déteste les jeunes. Pourquoi ? Parce qu’ils sont jeunes, justement. Et, petit miracle, tous les cadors que j’avais sollicités avaient répondu présent à l’appel ! Du coup, j’étais même un peu embêté. Habitué à gérer la pénurie à grand renfort d’anxiolytiques, je me retrouvais pour une fois dans la situation inverse : j’avais de quoi constituer une équipe et demie ! Alors comment faire, qui choisir ? Allais-je, comme Raymond-La-Science, sélectionner mes joueurs selon leur signe astrologique ? Ne devais-je, comme Dédé-La-Dêche, ne retenir que ceux qui savaient chanter La Marseillaise ? Ou opter pour une méthode scientifique qui a fait ses preuves, le plouf par exemple ? Décemment, je ne pouvais me passer ni de mes trois agents d’entretien à plus de 1800 chargés de nettoyer les trois premières tables, ni de mon porte-flingue attitré, quitte à le faire jouer avec les Blancs, et encore moins du seul homme capable de nous sauver de l’Armageddon pour protéger nos arrières. Tant pis : Christophe T serait promu capitaine en R2, et Jean T et Louise pourraient profiter du week-end pour faire leurs devoirs.

chedy-001

Dans la voiture, une question nous taraudait : à qui reviendrait l’insigne honneur d’affronter la star locale, le champion de France petit-poussin en titre, Clément K ? Florian, déjà au bord du malaise à la seule idée de jouer avec les Blancs, ne parvenait plus à maîtriser son algorithme cardiaque. Fort heureusement, la feuille de match le sauva de la syncope : c’était bibi qui se coltinerait le jeune prodige… En tout cas, mon pessimisme foncier se trouvait démenti : les Messins s’étaient un peu renforcés, mais pas autant que je l’avais craint. Nous étions favoris sur tous les échiquiers : défaite interdite, sinon retour à pied ! Une feuille de match clémente, un accueil sympathique et un café offert : tous les ingrédients étaient réunis pour passer une bonne après-midi.

Au 3ème échiquier, Jean-Christophe affrontait un adversaire très expérimenté, un Petit Écolier qui avait dû beaucoup redoubler, et qui manifestement avait décidé de blitzer sa partie. Le Messin possédait donc une avance conséquente à la pendule, tempérée cependant par un retard matériel non moins important… J-C n’allait pas tarder à nous apporter le 1er point.

Un autre qui jouait un peu trop vite, c’était Clément, mon adversaire. Face à son machin de Londres, j’avais délaissé mon Est-Indienne habituelle qui m’avait octroyé quelques succès mais également un certain nombre de déculottées cuisantes au profit d’une variante réputée plus solide. Au 10ème coup, Clément me tend un petit piège en m’appâtant avec un pion que je soupçonne fort d’être empoisonné. Je décline l’offrande, et joue à la place un coup de cavalier, que mon jeune adversaire s’empresse d’échanger, croyant, grâce à un zwischenzug, gagner un pion… sauf que je dispose aussi d’un coup intermédiaire, et avec deux pièces attaquées, le conducteur des Blancs doit finir par en perdre une, d’autant plus que par excès de précipitation il ne trouve pas la suite la moins défavorable… Résultat des courses : me voilà avec une pièce de plus et des possibilités d’attaque sur un roque éventré… Sauf que je dois faire très attention à ma dame qui manque de cases et peut très vite se retrouver enfermée, ce qui m’oblige à jouer avec la précision d’un coucou suisse et me fait consommer beaucoup de temps à la pendule.

petit-ecolier-3

Pour l’instant, donc, tout va bien, d’autant plus que les résultats positifs s’accumulent. Arnaud, Florian, Johann, Chédy finissent eux aussi par remporter tour à tour leur partie sans que je susse (oui, ça va, hein…) le pourquoi du comment, absorbé que j’étais par mes calculs savants. Oui, attentif lecteur, tu as bien lu : même Florian avec les Blancs. Le match est plié : nous menons 5-0. Tous les regards se tournent alors vers la dernière partie en cours, la mienne.

Et à ce moment là, tout va encore très bien, sauf la pendule : il me reste 6 minutes et une vingtaine de coups à jouer avant le 40ème. N’ayant pas réussi à piéger ma dame, Clément s’attaque alors à mon roi, et fait donner l’artillerie lourde le long de la colonne g. Surtout, il cherche les complications, ce qui est de bonne guerre. Pressé par le temps, je finis par craquer : je calcule vite -trop vite- une série d’échanges qui doit faire retomber la pression, quitte à rendre un peu de matériel. Las ! Le champion de France a vu un peu plus loin : quand la poussière retombe, je me rends compte que je ne pourrai pas sauver mon fou. J’avais une pièce de plus : je me retrouve avec une qualoche de moins. Le spectre hideux de la défaite pointait le bout de son nez… Heureusement, dans mon malheur, je ne courais aucun risque de rentrer à pied : j’étais le chauffeur…Et comme tu as été patient, lecteur mon ami, je t’épargnerai le récit détaillé de ma loooongue finale. Sache qu’au bout d’une lutte sans merci, et bien après l’heure du goûter, je parviendrai à chasser à coups de lattes le fantôme pas beau, et le duel se terminera par le partage des points, équitable sur l’ensemble de la partie.

5-0 : examen de passage réussi pour Vandoeuvre IV, avec mention très bien pour mes cinq camarades de classe !



Vandoeuvre5 gagne 4-1 contre Essey



Vandoeuvre6 gagne 3-1 contre Seichamps2

Belle perf de nos moussaillons de l’équipe 6, contre Seichamps 2.

Louis, après une entrée solide, avait joué les précurseurs en remportant en un peu moins de 2 heures sa partie suite à une faute d’inattention de son adversaire, qui avait peut-être été fatigué par l’accumulation des ¾ du temps de réflexion des 2 joueurs.

Il était suivi plus tard de Bérénice qui remportait au temps sa partie après un joli mouvement. Les 2 adversaires, tout absorbés par le souci de bien faire, oubliaient de consulter leur pendule, et jouaient encore une dizaine de minutes supplémentaires sous l’œil discrètement amusé des 3 spectateurs non-joueurs (record d’affluence battu).

Matéo Rinaldi, quoiqu’ayant un pion de plus que son adversaire tentait de trouver la brèche, avec ses 2 tours. Tournait, revenait, tournait, revenait, mais rien n’y faisait. La nulle semblait s’imposer. A voir ensuite avec le coach !

La nulle était l’option également choisie par Edouard, ne voyant pas de possibilité de conclure.

L’espoir revenait dans le camp de Seichamps, après la défaite de Dorian. Le sort du match dépendait donc du résultat à l’échiquier 5. A observer les visage des autres joueurs de Seichamps, les sourires confiants alternant avec quelques grimaces sur des options de jeu de leur camarade ne leur plaisant guère, la partie restait encore incertaine. Mais notre Matéo Périsse est un grand combattant qui ne lâche rien ; et après une partie d’un peu plus de 4h30, le mérite de la victoire lui revenait, ses 2 fous ne laissant plus de chance au roi adverse.

Bravo les Vandops !

Vandoeuvre7 gagne 6-1 contre Seichamps6

Notre équipe de Vandoeuvre7 affrontait ce dimanche celle de Seichamps6 avec l’objectif et la ferme intention de remporter sa première victoire.

Dans la première manche, Victor, très appliqué et concentré, prend rapidement une, puis deux pièces d’avance qu’il conservera jusqu’au bout pour s’imposer après 50 minutes de jeu
Lucien affole son adversaire par la rapidité et la précision de ses coups pour en venir à bout au bout d’une heure.
Dylan respecte les consignes de son capitaine et l’emporte également au terme d’une partie sérieuse, après s’être constitué une autoroute à 3 voies avec 3 pions passés liés sur les colonnes A, B et C !
Noé part sur un bon rythme et prend un léger avantage, puis ralentit au point de se mettre en difficulté. Avec 2 pions d’avance dans une finale de tours il aura plusieurs fois l’occasion de faire la différence, mais les choses deviennent plus ardues lorsqu’on ne dispose que de 10″ par coup quand son adversaire a tout son temps… Tout cela finit par un match nul avec 30 secondes restantes à la pendule de Noé et 3 minutes à celle de son adversaire..
Dans la seconde manche, j’ai donné comme consigne à Lucien de jouer plus lentement que Noé, et à Noé de jouer plus rapidement que Lucien. La mission semble impossible… 😉
Noé joue vite. Il prend très rapidement l’avantage avec 2 pièces d’avance au bout de 15 minutes. Il finit par l’emporter suite à 2 coups illégaux de la part de son adversaire (sur le même coup : Roi placé en échec, puis coup de pion alors qu’il devait jouer le roi) une partie qu’il allait de toute façon facilement gagner. Restent 48 minutes à sa pendule…
Victor commence sa partie comme il avait joué la précédente. Il parvient à prendre une qualité à un adversaire qu’il domine. Las, la fatigue lui fait donner une tour, handicap qu’il ne parviendra pas à rattraper.
Dylan entame bien sa partie. 1 pion d’avance et un adversaire déroqué au bout de 15 minutes. 2 pions d’avance au bout de 30 minutes, qui lui suffiront à l’emporter tranquillement. Une partie sérieuse au cours de laquelle il aura pris son temps, et une victoire méritée.
Lucky luke, enfin, euh… non, Lucien, maltraite son adversaire comme le précédent, parvient à lui prendre une pièce au bout de 30 minutes et ne lâchera plus le morceau. Restent 43 minutes à sa pendule : mission réussie pour Noé et pour lui !
Au final, plein de belles dispositions, des parties sérieuses et une première victoire 6 à 1, nette et méritée. Bravo les gars !

Vandoeuvre8 gagne 5-1 contre Epinal2

Les matchs des copains de R1, R2 et N4 avaient déjà tous commencé. Nous attendons les Spinaliens de pied ferme, mais il n’y a toujours personne à l’horizon. Serait-ce un signe ? Pendant que je pèse le pour et le contre entre 1. d4 et 1. e4, c’est avec 10 minutes de retard que les Vosgiens finissent par arriver. Et comme attendu, en force, avec des Elo supérieurs sur les 4 échiquiers. Une moyenne Elo de 172 points plus haute que la nôtre ! Mais il en fallait plus pour décourager cette équipe 8 !

Les Noirs appuient et les blancs jouent. Probablement survoltés (intérieurement, car le calme doit régner) autant que moi, mes coéquipiers démarrent leur partie tandis que je finis par trancher pour 1. d4, m’embarquant contre une défense hollandaise du capitaine adverse. Plongé dans ma partie, je lance mes pions h et g à l’abordage du petit roque adverse. Lorsque je lève le nez pour la première fois, c’est pour constater que sur l’échiquier du fond, c’est toujours la position de départ ! Ou plutôt, déjà ! En effet, LouisPo a été expéditif avec les Noirs, l’adversaire jetant l’éponge après un clouage fatal par son fou en c5, allié à la tour sur la colonne g ouverte. Sur l’échiquier 3, Théo n’est pas en reste et enchaîne lui aussi par une victoire rapide avec les Noirs ! De mon côté, l’attaque est juteuse. Aux pions g et h s’ajoutent un cavalier en g5 puis h7, les deux fous pointant vers le roque. La colonne h ne tardera plus à s’ouvrir et lorsque les deux tours et la dame s’y mettent, c’en est trop pour le roi noir ! Et 1, et 2, et 3-0 ! Il ne reste plus que l’échiquier 2 avec ConstantinN qui a gagné la dame adverse contre une tour et un cavalier. La tour et le cavalier parviennent à récupérer quelques pions et les deux joueurs finissent inévitablement par répéter les coups. Partie nulle !

Ça sent le sapin pour les Vosgiens. Une victoire suffit dans la deuxième série de 4 parties pour remporter le match. Même s’il n’y a pas de miracle à l’échiquier 2 où le capitaine spinalien, favori, gagne logiquement avec une tour restante à la fin, ce dernier explique à Constantin qu’il n’a pas démérité et qu’il a même très bien joué. Du côté de Théo et Louis, l’histoire se répète ! Il gagnent rapidement tous les deux et je n’ai pas eu le temps de les voir jouer. La victoire est déjà en poche mais il reste encore ma partie. Dans une défense scandinave, les pièces s’échangent plus vite que je le voulais et je me retrouve dans une fin de partie astucieuse et piégeuse avec une tour et un cavalier de chaque côté. Je gagne un point grâce à mon meilleur cavalier, qui ne reste pas meilleur bien longtemps puisque je gaffe et l’offre à mon adversaire. Ceci dit, les tours s’échangent et il n’y a plus assez de matériel pour gagner ! Nulle donc, et 5-1 au final. Bel exploit de l’équipe, grand bravo à mes coéquipiers !

Vous avez aimé cet article?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles