Vandoeuvre5 en N4 : Mission impossible ?

(par Thierry Pertuy)

Dimanche une troupe de sympathiques mais non moins pugnaces Déodatiens nous attendaient de pied ferme, confiants qu’ils étaient dans leurs forces. Il faut dire qu’ils affichaient un avantage moyen de 350 points Elo sur chacun des nôtres. Prêts à affronter l’adversité d’un combat a priori inégal nous lancâmes toutes nos jeunes (enfin, pour la majorité d’entre nous) et vigoureuses (pareil…) forces dans la bataille.

A la table 8, le petit Noé n’était pas à la fête contre un féroce adversaire le surclassant sur le papier de 300 points Elo. Je n’ai pas vraiment vu ce qui s’est passé au delà d’une ouverture très correcte lui permettant d’atteindre un milieu de jeu égal. Malheureusement la suite ne se déroulait pas aussi bien et il était le premier à s’incliner.

A la table 7, Iris affrontait un adversaire 340 points Elo mieux côté qu’elle. Pétulante comme à son habitude elle entamait la partie de bon cœur. Malheureusement emportée dans un élan de générosité aussi soudain qu’inexpliqué elle offrait un fou sur un plateau à son adversaire au 10ème coup. Elle poursuivait courageusement mais jamais ne parenait à revenir dans la partie, son adversaire ne lui prêtant nul flanc où planter banderilles.

A la table 6, Victor entamait très bien sa partie contre un adversaire qui affichait 300 points Elo de plus que lui. En milieu de partie il perdait malheureusement un fou aventureux, et tout était à refaire. Malheureusement peut-être cela l’avait il déconcentré ? Toujours est il que sa position s’effilochait dès lors à grande vitesse et qu’il rendait les armes.

A la table 1, Côme rendait un handicap de 500 points Elo à son adversaire du jour, autant dire que c’était un sacré défi qui lui était proposé. Il s’y attela avec courage mais aussi un peu trop de témérité, perdant un pion central aventureux, puis sacrifia un fou à une attaque qui ne se révéla hélas pas concluante.

Saint-Dié 4 – 0 Vandoeuvre5…

Ceci dit les derniers belligérants refusaient de tomber les armes et résistaient.

A la table 4, Constantin, 400 points de moins que son adversaire, avait entamé la partie de façon agressive, mais son adversaire avait repoussé son attaque en le laissant avec une structure de pions déformée. Ensuite Constantin négligea de roquer, ce qui lui complexifia notablement la tâche. Bien que n’ayant jamais perdu qu’un pion, il se fera repousser dans ses filets jusqu’à la mise à mort de son monarque.

La partie est perdue, mais on espère bien ne pas revenir bredouilles car la situation est encourageante sur les 3 dernières tables…

…et c’est Noé le grand, opposé à la table 2 à un adversaire à qui il rendait 400 points Elo qui marqua le premier but. Jouant crânement sa chance il avait lancé une armée de pions à l’assaut des rangs adverses, renvoyant un cavalier à l’écurie, en perdant malgré tout un combattant au passage. Mais l’ensemble de ses forces étant déployées, il sacrifia un cavalier qui laissa son adversaire pétrifié… 5 pièces à l’attaque, 5 pièces en défense, mal à la tête… Après une très longue réflexion son adversaire se décida à reprendre le cavalier de son fou… choix fatal qui permit à Noé de proprement terminer le boulot en 24 coups !

A la table 5, votre serviteur et capitaine n’affichait que 260 points Elo de moins que son adversaire. Même pas peur… Je repoussais les tentatives de mon adversaire à l’aile roi et contre-attaquai à l’aile dame dans une partie fermée (par moi-même…). Mon adversaire m’offrit alors un pion pour une attaque que je parvins à parer. Dès lors, estimant ma position favorable je proposai l’échange des dames qu’il accepta, pensant sans doute sur le coup me prendre une tour sèche. Heureusement il n’en fut rien, et je me dirigeais vers une victoire à petits pas. Malheureusement, un instant de déconcentration et j’offrais un cavalier à mon adversaire qui n’en demandait pas tant et reprenait du poil de la bête : Un cavalier contre 3 pions, tout était à refaire… mais il négociait mal la finale et je lui reprenais finalement le cavalier perdu et finissais par conduire à bon port un de mes 3 pions isolés. Ouf !

Restait Christophe qui jouait les prolongations contre un adversaire à qui il rendait 280 points Elo… autant dire que ça promettait d’être de la rigolade… La partie était restée très équilibrée jusqu’à la finale, et l’adversaire de Christophe avait commis une erreur qui lui avait fait perdre un pion. Avec des fous de mêmes couleurs et un pion de plus, la victoire était en vue. Hélas Christophe cafouillait et se faisait prendre le précieux. Il tenait encore la nulle, qu’il proposait d’ailleurs à son adversaire, mais celui-ci insistait et le poussait à la faute pour s’imposer au bout d’une partie acharnée de 5 heures !… Déception !!!

Résultat final : Saint-Dié 6 – 2 Vandoeuvre5…  

Au total, une défaite, certes, mais c’est l’expérience qui rentre, et on a passé un chouette moment ensemble, y compris le retour en chantant !

Vous avez aimé cet article?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles

Marc-Antoine Geisler

Marc-Antoine Geisler nous vient de Belfort.Il est arrivé à Nancy cette année pour suivre des études de commerce à l’Artem.Originaire de Lepuix, petit village situé

Lire plus »

Julien Tavernier

Julien : “je suis originaire de Caen en Normandie, et je suis arrivé depuis septembre à Nancy, où je travaille à l’IUT Charlemagne en “informatique

Lire plus »